Vous êtes ici : Accueil MA COMMUNE Vie politique Déclaration de Politique Générale

Politique Générale





CONSEIL COMMUNAL

28 avril 2022 | ICAP / ROPS






Déclaration de politique générale

 

 

Mesdames,

Messieurs,

 

Les axes énoncés dans la précédente déclaration de politique générale restent d’application.

 

Le collège ne peut cependant faire fi du contexte actuel et il ne peut que constater que notre mode de vie est menacé en sorte qu’il doit être réformé pour que ses bases essentielles, la liberté et la solidarité soient préservées.

 

Le présent document s’attache à tracer les lignes de conduite fondamentales de la politique proposée par le collège sous le contrôle du conseil communal.

 

 

1 .La réforme de l’administration sera poursuivie.

 

Son objectif est évidemment d’améliorer l’efficacité des services à la population et aussi de contrôler le coût de fonctionnement.

La première phase de réorganisation avec responsabilisation et valorisation de chefs de service par secteur sera incessamment activée.

Une seconde phase sera initiée avec examen des flux internes et plus précisément du cheminement des dossiers depuis la formulation d’une demande (du citoyen ou du collège) jusqu’à la réalisation.

L’objectif est d’identifier les nœuds empêchant le déroulement d’un flux plus rapide, d’y apporter remède et donc d’instaurer des procédures type permettant un suivi du cheminement et son contrôle.

La volonté est d’associer le personnel dans le cadre d’une politique de réalisation d’objectifs, d’accueillir leurs remarques et suggestions, de favoriser l’émergence d’idées nouvelles, de propositions, d’instaurer une culture spécifique d’entreprise.

 

2. Le conflit Ukrainien ne peut nous laisser indifférent.

 

Le  CPAS et l’Administration communale ont développé une collaboration efficace pour organiser l’accueil chez les nombreux citoyens qui ont proposé d’héberger les réfugiés.

Une réflexion doit être entamée pour déboucher, à travers les contacts avec les réfugiés, sur une relation privilégiée entre notre commune et une commune semblable en Ukraine.

L’objectif serait ainsi de bien cadrer notre aide et, au-delà de l’aide matérielle, de contribuer à une relation chaleureuse et donc réconfortante avec les habitants de cette commune.

 

3. La pandémie COVID a renforcé l’importance du rôle du pouvoir communal en qualité d’acteur essentiel de première ligne non seulement d’aides sociales et autres aux citoyens mais également de moteur d’interactions entre ceux-ci.

 

A ce dernier point de vue, l’associatif est essentiel en sorte que classiquement une politique de soutien aux activités tentera d’être assurée dans le cadre d’une mission générale de contribution à la cohésion sociale.

Une réflexion avec le secteur associatif est indispensable pour faire le point post COVID.

Il doit être responsabilisé et ainsi être conscient des limites des interventions des deniers publics.

A l’instar de tout citoyen, chacun doit intégrer mentalement que ses désirs et loisirs ne sont pas le centre de tout intérêt et qu’il y a fatalement une hiérarchie dans la satisfaction des besoins.

La commune doit d’abord exécuter ses missions légales très nombreuses avant de se consacrer à d’autres objectifs.

Une intervention maximale dans les dépenses facultatives ne va pas de soi.

Dans le même ordre d’idées, une culture de la modération doit être de mise dans les secteurs financés par le budget communal (Notamment les fabriques d’Eglise)

4. Finances et budget, politique générale

 

La volonté politique est de maintenir les taux d’imposition actuels dans un contexte où le pouvoir d’achat diminue et où de plus en plus de citoyens sont confrontés à des fins de mois difficiles voire à l’impossibilité de faire face à des dépenses indispensables.

Le collège est conscient que le contexte financier va se détériorer vu l’état de l’économie.

Mettet n’est pas une île…

Les dépenses risquent d’augmenter eu égard à l’inflation (impact sur le coût des services extérieurs, les matières, indexation des rémunérations. Hausse des taux d’intérêt, diminution des interventions financières de la RW, désengagement de l’état fédéral) sans compter le recours de plus en plus nécessaire à des spécialistes coûteux eu égard à la complexité croissante et aux  obligations de toute sorte.

 

Des choix s’imposent car la marge de manœuvre financière se rétrécit.

 

Deux objectifs de civisme s’imposent : la contribution à la diminution de la dépendance énergétique de notre pays et à la lutte contre le réchauffement climatique.

Tout niveau de pouvoir doit se consacrer à la tâche.

Il s’agit in fine d’une question de survie et de préservation de notre modèle de démocratie.

 

Une hiérarchie dans les priorités des dépenses devra donc être établie.

 

Les investissements seront par priorité consacrés aux économies d’énergie et à la production d’énergie.

Des ressources nouvelles seront indispensables pour assurer un rythme soutenu et rapide des investissements.

Pour ce faire, des biens qui coûtent, ne rapportent rien ou guère, seront vendus au plus tôt.(site industriel sur la route d’Oret à Stave-Abbaye de Brogne, terrains à Pontaury)

 

De façon générale, le STC se consacrera essentiellement aux tâches d’entretien de la voirie, du patrimoine, de l’environnement.

Les travaux d’importance seront donc attribués via des marchés publics à des entrepreneurs privés.

 

 

5. Un environnement de qualité

Les autorités communales doivent prendre en compte la tendance manifeste des citoyens à se ressourcer en sortant plus souvent de chez eux tout en privilégiant la proximité.

Il s’agit de se promener en famille, de pratiquer le jogging, le vélo etc…de s’aérer.

C’est légitime voire indispensable eu égard à l’inquiétude voire une certaine angoisse régnantes.

Eu égard à cela et aussi pour favoriser des déplacements sans voiture, sentiers et ruelles feront l’objet d’une attention particulière permettant leur utilisation ou réutilisation.

Des aires de repos et de stationnement des véhicules pour accéder aux voies de communication lente seront prévues.(Ainsi le collège souhaite acheter le terrain de la SNCB jouxtant le Ravel à l’entrée de Mettet)

Favoriser ce mode de déplacement s’inscrit dans le respect du principe constitutionnel de vivre dans un environnement de qualité.

 

 

6. Le sort de la maison de repos « Le temps des Cerises » et donc de ses résidents et du personnel qui y travaille est préoccupant.

Le collège estime que la commune doit être prête à assumer ses responsabilités.

Il importera cependant d’agir de façon particulièrement réfléchie et de ne pas se laisser emporter et aveugler par l’aspect émotionnel.

 

Les tâches assumées et celles qui nous attendent sont autant de défis car les efforts à consentir seront d’importance non seulement pour les élus mais aussi pour le personnel communal que nous remercions pour son engagement et sa loyauté.

 

 

Actions sur le document