Politique Générale










Déclaration de politique générale

 

 

Mesdames,

Messieurs,

 

Au travers de la Déclaration de Politique Générale, il nous est demandé de tracer les grandes lignes de l’action politique au cours des six années à venir. Il importe en effet que les autorités communales suivent une ligne de conduite et déterminent les principaux objectifs à atteindre.

Le Plan Stratégique Transversal qui devra être élaboré pour le mois de septembre 2019 devra être encore plus précis puisqu’il aura pour ambition de planifier dans le temps les actions et investissements.

Avant d’aborder la politique à mener dans divers secteurs, nous ne pouvons ignorer les grandes tendances qui se dessinent et paraissent inévitables.

 

 

LES CONSTATS 

Une planète sous pression

12 ans c’est le temps, selon le GIEC, dont nous disposons pour inverser le cours des choses et éviter un emballement climatique qui nous précipitera dans le pire des désarrois que l’homme n’ait jamais connu. (PLUS D’INFOS : https://www.climat.be/fr-be/changements-climatiques/les-rapports-du-giec/2018-rapport-special/)

Conscient de ce contre la montre, il convient durant cette législature communale, de se rappeler, à chaque discussion, lors de chaque prise de décision, cette priorité unique et transversale.

Les choix que nous opérons sont-ils en phase avec un développement durable et en phase avec ce que ceux qui nous succéderont attendent de nous ? Il s’agit là d’une énorme responsabilité qui doit nous animer et nous stimuler à encourager et développer de nouvelles voies de réflexions et d’actions pour réduire notre empreinte écologique,  notre consommation, pour utiliser rationnellement l’énergie, les transports, et les nouvelles technologies.

C’est à ce titre que les 23 conseillers autour de cette table pourront être qualifiés de privilégiés. Si chacun d’entre nous adopte un comportement d’homme politique et se démarque de toute posture politicienne, alors à 23 nous ne serons pas de trop pour « faire notre part » dans ce combat certes a priori inégal mais dont l’issue reste à écrire.

 

Un monde plus chaotique et donc instable et dangereux.

Si les autorités communales doivent se concentrer sur les missions à exercer sur le territoire communal et veiller au bien-être des habitants de la commune de Mettet, celui-ci ne pourra être atteint indépendamment de l’évolution de notre pays et du monde.

Notre pays ?

Confédéralisme ou pas ? Réduction plus forte de la protection sociale ou pas ?

Ces deux aspects auront évidemment un impact d’une part sur les finances de la commune proprement dite dont les investissements sont fonction des subventions régionales et d’autre part sur les finances du CPAS qui pourrait être encore plus sollicité.

 

Renforcement de la coopération internationale ou repli sur soi ?

Espérons que cela soit momentané mais la tendance est plutôt au repli avec des perspectives de guerre commerciale pouvant déboucher sur de véritables conflits. L’intolérance progresse même dans la vieille Europe qui a pourtant connu à plusieurs reprises les catastrophes en résultant.

Commercialement et donc financièrement, la stratégie du repli n’est pas favorable à notre pays confetti ouvert sur le monde et vivant des échanges commerciaux.

 

 

Un nouvel ordre numérique

Personne n’y échappera. De nouveaux métiers apparaissent et surgissent mais d’autres disparaissent inévitablement. La façon de vivre de tout un chacun change et est bouleversée.

L’activité commerciale notamment sera complètement transformée puisque d’aucuns prédisent la suppression des intermédiaires par le contact en ligne entre producteurs et consommateurs livrés à domicile. Cette nouvelle société impliquera des modifications dans l’utilisation du territoire et un bouleversement de l’organisation des services communaux. Il est dangereux de croire qu’on a le temps, que ce sera pour demain. Les changements sont déjà là et le processus s’accélère.

 

Un monde où les inégalités se creusent

Les riches sont plus riches mais surtout les pauvres sont plus pauvres. Face aux bouleversements, les pauvres sont démunis et peinent à s’adapter. La marginalisation les guette eux mais aussi leurs enfants. Leurs frustrations accumulées débouchent sur la haine et la propension à la violence qui peuvent être exploitées par des esprits malsains. Nous ne pouvons rester sans réactions.

Il n’est pas question uniquement de verser des allocations permettant de faire face aux dépenses essentielles mais de contribuer à mettre en place des systèmes de rattrapage permettant la réinsertion dans la société, de permettre de retrouver ainsi une dignité que l’on croit perdue en croisant le regard des autres.

L’espérance de vie continue à augmenter (85 ans pour les femmes, 82 ans pour les hommes), chacun vieillit à son rythme. La commune doit réserver aux aînés l’attention qu’ils méritent. Le Conseil Consultatif des Ainés de Mettet (CCAM) a un grand rôle à jouer pour nos ainés.

Outre les maisons de repos qui manquent cruellement de place et les aides à domicile dont l’éventail est varié, d’autres alternatives doivent voir le jour pour s’adapter à la société d’aujourd’hui:

·        Création d’une maison communautaire (accueil de jour des seniors pour rompre avec la solitude, partage de talents et d’expériences, répit pour les aidants proches…)

·        Organisation d’ateliers « école des seniors » (Conseil Consultatif des Aînés, Bibliothèque, Centre culturel…)

·        Activités sportives adaptées durant les heures creuses du Hall des Sports.

·        Aménagement d’espaces de rencontre et de convivialité, de quartiers intergénérationnels…

 

 


 

Un monde de la désinformation

La méfiance s’est installée non seulement à l’égard des politiciens mais également de tout quiconque  incarnent l’autorité et les médias traditionnels. Les fake news circulent sur les réseaux sociaux et parfois plus le message est faux plus d’aucuns y croient. La naïveté paraît parfois sans limites et l’émotionnel l’emporte sur le raisonnement. C’est le règne de la domination de l’immédiat et de l’émotion. Il faut y résister.

 


 

LES SOLUTIONS A L’ÉCHELLE COMMUNALE

Nous ne pouvons examiner tous les volets de l’action d’une commune tellement ils sont nombreux.

Nous n’aborderons donc que ce qui parait essentiel, ce qui doit changer étant entendu que les services aux citoyens doivent évidemment se poursuivre et toujours viser l’amélioration. On pourra donc toujours nous dire : vous avez oublié ceci, vous n’avez pas abordé cela !

Chaque citoyen (et nous élus n’échappons pas à la règle !) réagit en fonction de ses centres d’intérêt, de son lieu de vie et pourrait dire « Mais qu’allez-vous faire dans ma rue, dans mon village ? »

 La déclaration de politique générale se résumerait donc à lire une liste de travaux à réaliser, de manifestations à organiser, de subventions à délivrer.

Cette approche sied mieux au plan stratégique transversal et aux budgets annuels.

 

Prenons donc de la hauteur, globalisons donc ! Pour cela dépassons les constats, identifions les possibilités et les atouts qui peuvent aider à faire avancer les choses !

 

1.     Nous voulons tous une commune plus professionnelle.

2.     Nous voulons tous une commune plus participative.

3.     Nous voulons tous une commune qui respecte l’humain et son environnement naturel, social, historique

Il revient à tout le monde de mettre la main à la pâte.

 

1.  Une commune plus professionnelle.

La réforme de l’administration et du service technique communal.

Le BEP a réalisé un audit du fonctionnement des services administratifs en soulignant la nécessité d’une réforme profonde.

Cette réforme implique :

·        la réalisation d’un organigramme avec définition des tâches attribuées par des fiches fonction ;

·        la désignation de chefs de service :

·        la mise en place d’un système d’évaluation systématique -la nécessaire conciliation entre la spécialisation et un minimum de polyvalence pour assurer la continuité du service ;

·        la constitution d’équipes spécifiques pour les projets d’importance sortant du fonctionnement ordinaire et nécessitant de la transversalité ;

·        la progression des projets étant soumise à un échéancier ;

·        la rapidité dans les réponses aux questions posées par les citoyens -l’accès en ligne aux services communaux ;

·        la valorisation des efforts par des incitants ou des perspectives de promotion.

L’efficacité du STC doit être renforcée par :

·        une planification des travaux ;

·        une ligne de conduite précisant ce qui est confié au STC et ce qui est attribué aux entrepreneurs privés. Dans cette optique, le STC devrait avoir essentiellement pour mission les travaux d’entretien et de contrôle des travaux exécutés par le privé ;

·        la compétence des « contremaîtres et contrôleurs » doit être posée et rencontrée ;

·        le recrutement d’un patron des travaux est lancé.

L’élaboration de projets de réforme sera confiée à la directrice générale et un conseiller communal désigné par le collège auquel il sera fait régulièrement rapport.

La réorganisation de l’administration sera poursuivie. L’audit sera élargi aux ouvriers. Les conclusions devront être tirées et les engagements pris afin d’améliorer l’efficacité et le bien-être au travail de la centaine de collaborateurs communaux. La double absence d’évaluations et d’évaluateurs devra notamment être comblée.

2.  Une commune plus participative

Plusieurs groupes de travail thématiques vont être initiés afin d’élargir le champ des possibles au plus grand nombre.

Les technologies de l’information et de la communication

Une série de renseignements sont d’ores et déjà disponibles sur le site Internet de la Commune. Cependant, étant résolument tournés vers l’avenir, nous tâcherons d’améliorer encore la simplification administrative pour les citoyens et les entreprises de la Commune. Ainsi, nous procèderons prochainement à un audit des démarches administratives que nous pourrions rapidement rendre accessibles en ligne. De la sorte, nous espérons encore pouvoir faciliter la vie de nos agents communaux et du citoyen.

 

En matière d’urbanisme, il appartiendra à la CCATM d’élargir son champ de réflexion et d’apporter un regard neuf sur l’intégration du nouveau bâti dans le bâti existant via l’élaboration d’un code de conduite traçant les lignes principales à respecter par village pour les constructions ou transformations.

 

Bien qu’en ayant déjà en possession, la Commune se doit d’augmenter son nombre de logements de transit et d’urgence. Ces logements permettent notamment de reloger les personnes sans abri, ou dont le logement précédent a été déclaré insalubre, ou encore dont le logement a été touché par un sinistre (incendie, inondations…).

 

Les Agences Immobilières Sociales (AIS), développées par la Région Wallonne, ont pour but de servir d’interface entre le propriétaire et le locataire. Ainsi, lorsque le propriétaire décide de louer son bien, il signe avec l’AIS un bail lui garantissant le paiement mensuel des loyers et la restitution du logement loué en bon état. Une fois le bien loué par l’AIS, celle-ci le met alors à disposition d’une famille précarisée en ne sollicitant d’elle qu’un loyer plus modéré que celui qui aurait été exigé par le propriétaire. Ce mécanisme permet plus facilement de mettre en lien bailleurs et locataires et de plus assure aux premiers des revenus contractuellement acceptés. Malheureusement, ce mécanisme n’est pas suffisamment connu du grand public et des potentiels propriétaires réticents. Faire davantage connaître ce mécanisme et prospecter davantage le marché locatif pourrait permettre de trouver des solutions concrètes pour certaines personnes en difficulté de trouver un logement.

 

Un observatoire citoyen de la transition écologique regroupant membres de la société civile, du monde associatif et un conseiller communal par liste aura comme mission de se pencher sur les outils à mettre en place pour faire de Mettet une commune en transition. Cet observatoire sera la clef de voûte d’un large chantier auquel il appartiendra à la commune de confier les moyens financiers et humains nécessaires à son édification.

Préparer la génération de demain aux défis du futur en en faisant des citoyens conscients et respectueux de leur environnement est primordial. Dès le plus jeune âge, l’école se doit de sensibiliser les enfants au respect de l’environnement, à travers par exemple la mise en place d’un potager des enfants, l’approche de la biodiversité et l’expérience du bien-être animal. Pour ce faire, nous encouragerons via le Plan Communal de Développement de la Nature (PCDN) à associer les écoles à ses réflexions et activités.

 

Au centre de notre action lors de la réfection de bâtiments communaux, la performance énergétique n’a cessé de s’améliorer au cours des dernières années. Cependant, le parc patrimonial de la Commune étant composé d’environ 70 bâtiments, il ne nous a pas été possible de l’améliorer dans tous les bâtiments. Nous continuerons donc notre travail en la matière, et ce, conscients du rôle d’exemplarité que la Commune doit mener en la matière.

 

ASPECT ECONOMIQUE

L’Agence de développement local aura pour but de :

·        Créer une cellule des compétences locales et de programmation au sein de l’ADL ;

·        Repérer, soutenir et accompagner les projets locaux pertinents générateurs d’emplois et de plus-values économiques pour notre Commune ;

·        Renforcer l’attractivité économique du territoire pour les investisseurs et pour les porteurs de projets ;

·        Encadrer, conseiller et orienter les personnes en recherche d’emploi en synergie avec les initiatives de création de très petites, petites et moyennes entreprises et l’installation de nouveaux indépendants.

Dans un but de protection de notre emploi local et de notre tissu économique, nous souhaitons créer un registre des entreprises locales, afin de les informer de tout marché public initié par la Commune dans leur secteur d’activités et de favoriser, lorsque cela est possible, les entreprises d’économie sociale.

Ce registre permettra de bénéficier d’indicateurs et d’éléments d’analyse de notre activité économique, susceptibles d’orienter les décisions et les mesures nécessaires au développement local que les autorités communales développent ce type d’espaces à un endroit stratégique de la Commune. De la sorte, permettrons-nous aussi le développement de petites start-up.

 

Notre parc d’activités économiques est actuellement saturé. Sa capacité devrait s’accroître prochainement de 15ha. Force est de constater que Mettet, compte tenu de sa localisation stratégique, est victime de son succès : la demande des entreprises souhaitant élire domicile chez nous ne cesse de grandir et les entreprises existantes se portent bien et veulent s’agrandir. Dans cette continuité, nous contribuons à la création de nouveaux emplois locaux.

 

Une Commune qui croit en ses producteurs, ses artisans et ses produits locaux est au cœur du développement du tissu économique local. À travers la promotion de ceux-ci, entre autres dans le cadre des cérémonies officielles communales, nous ne pouvons qu’assurer le développement de l’emploi local. Par ailleurs, cela ne peut que contribuer à renforcer le sentiment de fierté et d’appartenance à notre belle Commune et ainsi pousser les habitants eux-mêmes à promouvoir nos produits phares à l’extérieur de nos « frontières » communales.

 

La mobilité et son corollaire la sécurité routière feront aussi l’objet d’une attention particulière. À ce titre, une commission du conseil sera mise en place à l’effet d’aboutir à un plan de mobilité.

Le pouvoir politique, quel qu’il soit, se doit de tenter de diminuer au maximum les émissions de CO². De plus en plus, les effets du réchauffement climatique se font sentir un peu partout sur la planète. À défaut d’une réaction rapide, ceux-ci deviendront très vite incontrôlables. À travers la création et l’animation d’une plateforme d’échanges entre citoyens, nous entendons essayer de favoriser au maximum le covoiturage, en particulier pour les citoyens travaillant à l’extérieur de notre Commune (parking de covoiturage sur la nouvelle place de Scry).

La traversée par la route régionale N977 est dangereuse pour la sécurité des habitants du village d’Oret, la place nécessite d’être réaménagée. Les défis auxquels il sera répondu dans l’aménagement seront multiples.

 

Sécuriser au maximum le centre des villages

Le centre des villages doit être sécurisé au maximum afin d’assurer la quiétude de leurs habitants. Dans bien des cas, le premier problème de nos villages est la trop grande vitesse des conducteurs qui les traversent. Dans ce contexte, à l’instar de ce que nous avons fait il y a six années, nous ferons dès le début de la législature un relevé des points noirs subsistant aux entrées et sorties de village. Des solutions seront proposées, telles que rappels de vitesse, effets de porte, dos d’âne ou encore coussins berlinois.

 

Refaire la traversée de Mettet

Avec plus de 15 000 véhicules par jour traversant le centre de Mettet, dont de nombreux poids lourds, la route régionale N98 est sans conteste la voie la plus fréquentée de notre Commune. Cependant, les fondations prévues sont loin d’être adéquates. Ainsi, à de nombreux endroits de son parcours, la route se trouve défoncée, engendrant de facto un inconfort, voire un risque pour ses utilisateurs. Dès 2019, la Région Wallonne s’est engagée à réfectionner cette voirie.

 

 

Sécurisation de la N98 a l’entrée de Pontaury et de la route régionale

Le village de Pontaury, de par sa situation stratégique à l’entrée de la Commune en provenance de Fosses-la-Ville, est l’un des villages qu’il convient de sécuriser au plus vite. Depuis plusieurs mois déjà, nous nous battons pour obtenir de la Région Wallonne l’installation d’un radar sur la N98, au carrefour créé par le croisement de la N98 et de la N933. Cependant, constatant que de nombreux véhicules en excès de vitesse tâchent de ne respecter la limitation autorisée qu’à l’abord d’un radar, nous souhaitons l’installation d’un radar dit « tronçon ». Celui-ci mesurera, sur un tronçon de la route donné, la vitesse moyenne réalisée par un véhicule entre deux bornes délimitées par le radar. De la sorte, il nous sera possible d’identifier et de sanctionner les véhicules dont la vitesse moyenne sur ce tronçon serait supérieure à 70 km/h. De plus, nous solliciterons de la Région Wallonne l’installation d’un passage clouté éclairé à hauteur dudit carrefour.

 

Le coworking est un type d’organisation du travail qui constitue l’un des domaines de l’économie collaborative. Concrètement, il consiste en un réseau de travailleurs et d’entreprises qui partagent un maximum, à commencer par leur espace de travail et sont tournés vers un échange d’informations mutuelles. Ce type d’organisation du travail favorise sans conteste l’innovation et stimule la créativité des entreprises membres du réseau.

 

La culture ne sera pas oubliée avec la volonté de réunir l’ensemble des acteurs culturels afin d’établir un agenda puis par la suite d’inaugurer la voie du budget participatif géré par et pour les associations de manière autonome.

 

L’abbaye de Brogne est l’un des plus beaux outils à disposition de la Commune. Et pourtant, depuis de nombreuses années, cet outil est sous-utilisé par rapport à ses capacités réelles. Pour nous, Brogne doit devenir le pôle touristique de la Commune, à l’instar de ce que représente l’abbaye de Maredsous pour la Commune d’Anhée. Pour cela, nous devons nous en donner les moyens. C’est pourquoi nous souhaitons dans un premier temps réinvestir massivement dans l’outil, et ce à l’appui de subsides régionaux, et en partenariat avec un (des) investisseur(s) privé(s) qui pourraient être intéressés par une concession partielle du site. Ensuite, nous souhaitons que des synergies soient opérées entre les différents outils culturels de la Commune, telle que la salle récemment rénovée de Biesme, conçue — entre autres — pour pouvoir abriter des manifestations de type culturel. L’abbaye de Brogne doit en effet devenir le moteur touristique de notre Commune et enfin prendre la place qu’elle mérite dans le paysage communal.

Nous souhaitons pouvoir réhabiliter la salle des Heures Saines de Stave et, en marge, réaménager la plaine. La Commune ayant en effet mis fin au bail emphytéotique avec le comité gestionnaire, elle devra s’atteler à réaliser ce magnifique chantier de rénovation.

UNE NOUVELLE MAISON DE VILLAGE POUR FURNAUX

Parmi les propositions de la CLDR, la création d’une maison de village à Furnaux a été retenue. À l’instar des autres villages, Furnaux bénéficiera ainsi d’un lieu de rencontre et de convivialité.

LA SALLE « NOS MAUJO » DE MAISON ST GÉRARD  

Si elle est reprise dans le giron communal, nous souhaiterions pouvoir restaurer cette salle pour qu’elle réponde aux normes de sécurité imposées.

L’ÉCOLE LIBRE DE METTET

Nous avons appris récemment la fermeture de l’Ecole Libre de Mettet. Il est de notre devoir d’agir pour ce bâtiment qui a une haute valeur sentimentale pour beaucoup d’entre nous. Outre le fait que ce bâtiment revivra il permettra d’accueillir de multiples activités comme : l’extrascolaire, le Bébébus, gymsana, le bar à soupe, accueil de jour des seniors…

 

À l’instar de ce qui prévaut dans les niveaux de pouvoir supérieurs, la présidence du conseil communal sera dissociée du mayorat et sera confiée en alternance pour six mois à un conseiller de la majorité. Il s’agit de bien distinguer les fonctions exécutives (le collège) et normative générale (le conseil) et d’insuffler une culture de l’écoute respective par une présidence soucieuse de se tenir au-dessus de la mêlée. L’appartenance à la majorité de ce conseiller s’explique par la confiance indispensable du collège à son égard. Dans un souci de transparence, la question de la transmission en direct des séances du conseil sera examinée.

 

Dans la foulée, un code de bonne conduite axé sur les dix engagements pour une politique constructive tels que proposé par le mouvement politique pluraliste E-CHANGE sera proposé à la signature de chaque conseiller (ère) communal(e). Et ce, afin de favoriser les échanges par-delà les logiques partisanes et les clivages traditionnels et de privilégier la convivialité des débats ( www.echange.be).

 

Enfin, la revitalisation du bulletin communal sera mise en chantier afin de permettre à cet outil de communication de retrouver le sens premier de son existence. Il doit être imprimé sous la responsabilité du bourgmestre mais un comité d’accompagnement pluraliste sera institué pour apporter de nouvelles idées. Parallèlement, le site internet communal doit plus coller à la réalité et à l’actualité.

 

3.  Une commune qui respecte l’humain et son environnement naturel, social, historique

Les citoyens sont meurtris par les coups portés à la nature et à ses occupants. Agressions visuelles, olfactives ou auditives sans oublier les exclusions sociales. Nous nous voulons préventifs à l’égard des risques auxquels sont exposés les jeunes. Nous entendons créer une antenne de sensibilisation à la réduction des risques (alcool et voiture, décibels et surdité, sexualité et maladies transmissibles…) en se joignant à des partenaires expérimentés.

Sont en cause une démographie continuant à augmenter, des taux d’intérêt bas et un succès grandissant de notre Commune, compte tenu de sa localisation stratégique entre les villes de Namur et de Charleroi. À travers le soutien à la création de logements « tremplin » et de logements partagés, nous devons permettre aux jeunes de bénéficier d’un logement à loyer modéré et de se constituer une épargne pour l’achat d’une habitation.

Faciliter (et sécuriser) les logements d’entraide intergénérationnelle (comme les logements « kangourou »), en ce compris dans la cellule familiale, nous semble également essentiel : il s’agit en effet également d’une réponse à la problématique d’accès à la propriété des jeunes. Cette préoccupation va également dans le sens de ce que souhaitent beaucoup de nos aînés : rester à domicile le plus longtemps et retarder au maximum leur entrée potentielle en maison de repos. Très souvent, le constat est que ces personnes n’ont besoin que de quelques heures d’aide par semaine. Favoriser le logement intergénérationnel ne peut que conduire à promouvoir cette aide, à travers un soutien mutuel des plus jeunes et des plus âgés.

Nous souhaitons également favoriser toute initiative pertinente de partenariat et projets privés qui tendraient à adapter des logements trop grands ou thermiquement et fonctionnellement inadaptés aux besoins des gens. Ceux-ci devraient être reconditionnés en plusieurs logements, assurant ainsi une densification et une mixité recherchées. Ainsi, avec l’aide de la Région Wallonne, nous entendons encourager et soutenir ces types d’actions, tant publiques que privées.

La mandature qui se finit a déjà énormément investi dans la sécurisation des abords de toutes les écoles. Cependant, sans aucun doute est-il possible de faire mieux. Dès lors, nous garderons un œil vigilant sur cette thématique.

 

À l’instar de ce qui s’est fait pour le village de Bossière il y a quelques années, nous entendons prendre contact avec l’autorité régionale afin que puisse être aménagé un espace de jeux/sports à Maison Saint-Gérard. Cet espace permettra ainsi aux jeunes du village de pratiquer à toute heure de la journée football ou basketball sur un terrain qui leur sera entièrement dédié.De même, à Stave, en marge de la réfection de la salle des « Heures Saines » à Stave, nous entendons développer un agora sports, toujours en partenariat avec l’autorité régionale, et ce afin d’assurer un maximum de pratiques sportives au village et à ses jeunes.

Peu de communes de la taille de Mettet peuvent se vanter d’avoir un outil communal de la sorte. Âgée de près de quarante ans, la piscine communale mérite que nous nous battions pour elle. C’est pourquoi avec l’aide de l’INASEP, nous mènerons à bien ce projet en priorité.

Afin de sensibiliser au plus vite nos enfants au travail démocratique et ainsi préparer la société de demain, nous entendons mettre sur pied un Conseil Communal des Enfants. Celui-ci permettra à nos enfants de mieux comprendre comment sont prises les décisions politiques les impactant. De la sorte, nous espérons mieux les intégrer dans le monde de demain.

Depuis de nombreuses années, nous tâchons d’investir progressivement dans nos écoles. Investir dans l’enseignement, c’est croire dans son futur, c’est miser sur l’avenir. Ainsi, dans le cadre des infrastructures scolaires, nous mettrons en priorité la création  d’un réfectoire dans l’école de Biesmerée et dans celle d’Ermeton.

 

Le respect de nos valeurs et de nos traditions

Les murs de l’église de Devant-les-Bois sont malheureusement en train de s’effriter. La brique semble en effet spongieuse et nous risquons — si nous ne nous en occupons pas rapidement — de générer pour la Commune de lourdes dépenses pour l’avenir. Aucune option n’est actuellement arrêtée, mais fera sans conteste l’objet d’une réflexion d’embellissement et de consolidation.

 

TOURISME

Faisons vivre nos ressources patrimoniales

Cette route aura pour but de faire découvrir notre Commune et les produits de notre terroir. Cette route, dont le centre sera l’Abbaye de Brogne permettra d’offrir aux amateurs gourmets et gourmands l’occasion de déguster l’ensemble de nos produits locaux. De la sorte, nous viserons également à mettre à l’honneur l’ensemble de nos artisans et petits producteurs locaux.

Renforcer la signalisation des pôles touristiques, patrimoniaux et paysagers

Afin d’attirer les touristes de passage, nous augmenterons le nombre de panneaux routiers destinés à signaler la présence de lieux touristiques, patrimoniaux et paysagers forts sur le territoire de la Commune.

 

 

 

 

 

Voilà Mesdames et Messieurs, les principaux messages que notre nouvelle majorité souhaite vous adresser par mon intermédiaire. Ces messages témoignent de notre ambition, ils intègrent des axes nouveaux tout en gardant le CAP d’une commune rurale ambitieuse et en expansion.

Dans cette Déclaration de Politique Générale, nous traçons la voie de l’action que nous entendons poursuivre  ou mener nouvellement dans les 6 années à venir.

Mettet doit rester une commune rurale où il fait bon vivre tout en étant audacieuse pour continuer à grandir dans le respect de tous.

 

Je vous remercie pour votre écoute.

Actions sur le document